Making of (آخر فيلم) est un film tunisien réalisé en 2006 par Nouri Bouzid.

Il obtient le Tanit d’or du meilleur film aux Journées cinématographiques de Carthage 2006. Au 20e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, le film remporte le prix de la meilleure interprétation masculine (Lotfi Abdelli) et le prix du meilleur montage.

Le film fait l’objet d’un début de polémique lors de sa projection et des rumeurs de censure ont alors largement circulé.

Affiche du film

Affiche du film

Synopsis:

Bahta, jeune chômeur et amateur de danse, se laisse emporter par la folie islamiste. Bouzid fait le portrait d’une jeunesse frustrée et tiraillée entre le désir de liberté et les échappatoires idéologiques mais lance aussi un appel au modernisme et à la remise en question de la place de l’islam dans la société tunisienne moderne.

Nous sommes sur un tournage. Trois personnages se croisent…

Le réalisateur Youssef, à l’âge des bilans, est déchiré entre une vie privée qui part à la dérive et un film qui lui fait peur. Le comédien, Dali, a accepté le principe d’ignorer au départ la destinée du personnage qu’il incarne. Il se sent manipulé quand il découvre que ce petit danseur de quartier évolue vers un intégriste en devenir. Il a peur du film et des enjeux qu’il porte et va jusqu’à refuser de le finir. Enfin, le personnage de Bahta (que joue Dali), dévalorisé par les siens, malmené par les voisins du quartier, voit son projet de partir en Europe pour devenir danseur tomber à l’eau, à cause de la dernière guerre en Irak. Il échoue chez un louche prédicateur, qui va le manipuler, et lui faire un lavage de cerveau.

L’action du film se passe entre Rades et La GouÏette au début du printemps 2003, au moment de l’invasion de l’Irak par l’armée américaine. Tous les personnages se sentent humiliés, blessés, atteints jusqu’au fond d’eux même, par cette guerre… Le spectre du 11 septembre plane sur eux. Pour Youssef, le seul moyen de s’en sortir c’est de l’exorciser dans une fiction.

Biographie du réalisateur

Né en 1945 à Sfax, en Tunisie, Nouri Bouzid a étudié le cinéma à l’INSAS de1968 à 1972. D’abord assistant réalisateur auprès de nombreux cinéastes internationaux, il écrit et réalise ses premiers longs métrages. D’emblée, son talent est reconnu : L’Homme de cendres et Les Sabots en or sont respectivement repris dans la Sélection officielle à Cannes en 1986 et 1989, et Bezness à la Quinzaine des Réalisateurs en 1992. Nouri Bouzid participe à l’adaptation et aux dialogues de nombreux films-clés du cinéma tunisien des années 90 parmi lesquels : La Nuit de la décennie, Halfaouine, Soltane el medina et Les Silences du palais.

Année de réalisation: 2006

Réalisateur : Nouri Bouzid

Scénario original : Nouri Bouzid

Durée : 120 mn

Format : 35 mm couleurs

Version originale en tunisien :

Image : Nouri Bouzid

Son : Michel Ben Saïd

Musique : Néjib Charradi

Lieux de tournage : Tunis et banlieue ( Rades, halk el wed…)

Interprètes : Lotfi Abdelli, Lotfi Dziri, Afef Ben Mahmoud etc…

En Projection à l’espace Méditerranée

Le Vendredi 13 février 2009 à 17H30
Espace culturel Méditerranée, 7 avenue du 2 mars, 4180 Houmet Souk
Publié dans (Cinéma, culture) par B.H


Ecrire un commentaire
Nom: 
Email: 
Site web: 
Commentaires: