Composition florale

Zahra- à la galerie Blel

Du Lundi 23 Mars 2009 au Mercredi 15 Avril 2009

La galerie “Blel” annonce le printemps dans sa parure la plus verdoyante, la plus chatoyante, colorié, plus nature que nature. Le collectif « Khazra » en met plein la vue avec cette sélection d’artistes qui offre à notre regard des fleurs, d’où l’intitulé de l’exposition,

aux couleurs incomparables, singulières, uniques comme seul le talent de tout un chacun en fait la démonstration.

L’élément décliné plastiquement est basique. Dessiner une fleur est, artistiquement parlant, loin d’être anodin. Car, le risque de faire banal est grand. Et pourtant, il y a dans cette série de tableaux qui constitue l’exposition qui a lieu à la galerie « Blel » une délectation à contempler autant de beauté. Des couleurs lisses, des fonds épurés, des boutons, tiges ou bourgeons qui évoquent autant de manifestations silencieuses de vie telle qu’elle s’exprime dans la nature. Un mouvement lent, paisible tout en douceur, à l’image de ce qu’inspire la vue de certaines de ses toiles. Des couleurs écarlates, sanguines, vigoureuses pour d’autres où les esquisses abstraites ne perdent pas la référence naturelle de l’objet, la fleur. Une panoplie de techniques picturales, de l’acrylique, aux collages spéciaux…qui créent des mise en relief ou des brillants qui défient la splendeur élémentaire de la nature, lui conférant une esthétique autre, différente mais jamais loin du beau. Dans cette composition florale, toute une diversité créative, moult inspirations qui offrent à chaque tableau le regard singulièrement unique et inspiré des artistes présents.

Ryadh Khorchani, Yasmina Mlik, Afifa Lemsi, Raja Ben Tanfous, Monaam Lajili, sont membres d’un collectif d’artistes évolutifs et dynamiques créé en 2008. Originaires du sud tunisien, ils se présentent comme une mouvance qui « mixe non seulement les techniques, les supports, les inspirations, mais surtout les sensibilités en réunissant hommes et femmes » pour cet évènement, ils ont fait appel à des invités spéciaux, à savoir, Wahiba Mkadem, Najet Kadhi, Narjess Trabelsi, et Isabo. Le tout, même dans sa gestion spatiale reflète un matériau créatif à même d’évoquer la naissance d’une lignée, d’un courant qui cherche à lancer et dynamiser cet art. C’est en réalité la démarche de ce collectif, cette tentative de corporation qui est à souligner, semble porteuse, dans le sens où elle induit non pas l’individualisme mais un espace où les confrontations des genres, les échanges techniques sont toujours créatifs, à cause de la diversité et la pluralité.

Source : “le temps” par Faten AOUADI

Publié dans (Djerba, Expositions, culture) par Marie


Ecrire un commentaire
Nom: 
Email: 
Site web: 
Commentaires: